Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La CSI dit reconnaitre Philippe Djoula comme secrétaire général légal de la Cosyga

LIBREVILLE (Equateur) – L’atelier sur la situation des syndicats au Gabon, qui a débuté ce mercredi 24 avril à Libreville, a été l’occasion pour la Confédération syndicale internationale (CSI), dans un entretien accordé à l’Agence de presse EQUATEUR, de réaffirmer la légalité nationale et internationale de Philippe Djoula, en qualité de secrétaire général de la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga).

 

Agence EQUATEUR : Au terme du congrès de renouvellement du bureau national de la Cosyga, cette dernière s’est retrouvée avec deux secrétaires généraux. Un bicéphalisme qui entame sérieusement la crédibilité de cette centrale syndicale, l’une des plus anciennes du Gabon. Pour avoir participé à ce congrès, pouvez-vous nous donner votre appréciation de la situation ?

Mamadou Diallo (SGA de la CSI) : Je ne crois pas qu’il y ait un bicéphalisme dans la Cosyga, qui est affiliée à la CSI depuis des décennies. L’interlocuteur que nous avions, que nous connaissions dans nos rangs, c’est le doyen Martin Allini. C’est vrai que la Cosyga a traversé une période de l’léthargie, parce qu’elle est restée plusieurs années sans tenir son congrès, sans renouveler son leadership. Moi-même j’ai rencontré le doyen Allini à l’occasion d’une conférence à Dakar au Sénégal, il y a quelques mois. Après avoir discuté avec le président de la CSI Afrique et le secrétaire général de la CSI Afrique, nous sommes tous tombés d’accord qu’il est nécessaire de tenir un congrès pour la Cosyga.

 

Parlons de l’organisation du congrès qui dont le déroulement est aujourd’hui contesté par le groupe de Monsieur Wenceslas Mba Nguéma.
Selon les rapports que nous avons reçus au niveau de Bruxelles, une mission a été envoyée au Gabon pour participer à la réunion du conseil national de la Cosyga, à laquelle prenait part le groupe de Wesceslas Mba Nguéma. Au cours de ce conseil national, à la suite de longues discussions, un consensus a été trouvé quant à la tenue d’un congrès. Et la date du congrès a été retenue pour le 24 janvier 2019 si mes souvenirs sont exacts. Pour superviser le déroulement des travaux de ce congrès, le président de la CSI Afrique et le secrétaire général de l’OSTAC, sont venus au Gabon. Tout c’est normalement bien déroulé, jusqu’à l’élection du bureau et de Philippe Djoula comme secrétaire général de la Cosyga. A la grande surprise général, le lendemain, il y a un groupe de 12 délégués qui se sont réunis avec à leur tête Wesceslas Mba Nguéma, pour contester les résultats, alors qu’ils étaient tous d’accord sur les conditions retenues par le conseil national. Ils avaient pourtant la latitude et la liberté de participer au congrès, de se présenter comme tout le monde.

 

Mais pourquoi dans ce cas, la CSI n’a pas annulé l’élection, étant donné qu’il y avait des contestations sur les conditions retenues par le conseil national ?
Nous, en tant que CSI, nous savons prendre nos responsabilités. Nous ne pouvons pas être engagés dans un processus qui a abouti à des conclusions consensuelles, qui a accepté de tenir un congrès et de le superviser, qui a appelé les délégués, où les votes se sont déroulés et un bureau a été élu, et qu’on reprenne tout le processus parce que simplement un petit groupe dit qu’il n’est pas d’accord. Nous disons NON. C’est normal qu’ils y aient des frustrations, ils peuvent les exposer et on peut en discuter. Mais qu’on le fasse dans la sérénité. Nous voulons que le syndicat avance. La bataille syndicale ce n’est pas la bataille de leadership. C’est comment gérer les préoccupations des travailleurs, lutter pour augmenter les salaires des travailleurs, faire en sorte que les travailleurs aient une bonne retraite, une bonne protection sociale, améliorer leurs conditions de travail. C’est cela la véritable bataille d’un mouvement syndical. Ce n’est pas la bataille des chefs qui véhicule des intérêts personnels. La CSI n’est pas dans cette logique.

 

Que peuvent alors retenir les gabonais concernant la Cosyga ?
La CSI reconnait le bureau qui est sorti du congrès et qui a élu Philippe Djoula. Nous allons coopérer avec ce groupe.

 

 

James RHANDAL

1 thought on “La CSI dit reconnaitre Philippe Djoula comme secrétaire général légal de la Cosyga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR