Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Mort suspecte d’un militaire de la Garde Républicaine au PK9

LIBREVILLE (Equateur) – Le corps sans vie du sergent-chef major, Loyld Tsiri, en service à la Garde Républicaine, a été découvert ce jeudi 4 juillet au PK9 de Libreville à bord de son véhicule, avec une arme à feu de petit calibre dans sa main droite. Du sang dégoulinant de sa nuque, donne l’impression que le défunt s’est suicidé en se tirant une balle en pleine tête. Cependant, au regard de certains éléments, il se pourrait qu’on soit en présence d’un meurtre maquillé en suicide.

 

Vêtu d’un jean bleu, d’une veste beige et d’une paire de tennis noire, le sergent-chef major, Loyld Tsiri, est assis à bord de son véhicule côté conducteur. La tête légèrement baissée, le militaire tient dans sa main droite une arme à feu de petit calibre. Sur sa nuque et au niveau des oreilles, du sang s’écoule. Le militaire qui a les yeux fermés, est mort. Il semblerait qu’il s’est suicidé d’une balle à la tête. C’est du moins l’impression que donne la scène du crime.

 

Les riverains du quartier PK9 dans le 6ème arrondissement de Libreville, qui ont découvert le corps sans vie du militaire, sont stupéfaits. Ils n’ont jamais vécu une telle situation. Que s’est-il donc passé pour que le militaire de la Garde Républicaine (GR) qui est pourtant très bien habillé, se donne la mort ? D’après certaines indiscrétions, si le sergent-chef major Loyld Tsiri s’est vraiment suicidé, il faudra alors chercher les causes de cet acte désespéré dans son foyer ou dans son environnement professionnel.

 

Cependant, au regard de certains éléments, la thèse d’un meurtre maquillé en suicide, ne devrait pas être écartée par la police technique et scientifique. En effet, le militaire tient son arme dans sa main droite et posée sur sa cuisse droite. Or du point de vue de certaines personnes, l’arme devait se retrouver projetée sur le tapis de la voiture à cause de la violence du choc. En plus de cela, le corps devait basculer sur l’un des côtés, dans la mesure où, il n’est pas retenu par la ceinture de sécurité.

 

Autres faits étranges, le moteur du véhicule qui était très bien rangé sur le trottoir, continuait de tourner. Ce qui explique pourquoi le véhicule a pris feu peu après la découverte du corps. D’où l’hypothèse que le sergent-chef major n’était peut être pas seul dans son véhicule. Aurait-il donc été tué ? Serait-ce un règlement de comptes maquillé en suicide ?

 

En fouillant le téléphone du sergent-chef major Loyld Tsiri, en analysant le canon de son arme et ses mains pour trouver des résidus de poudre (preuve de la combustion des gaz au moment où le coup est parti), en interrogeant ses proches, notamment les derniers qui ont discuté avec lui, les enquêteurs apporteront certainement des réponses sur cette mort qui semble suspecte.

 

Pour rappel, ce n’est pas la première fois, qu’un militaire de la Garde Républicaine est découvert mort dans des circonstances étranges. L’année dernière, un autre militaire de la GR avait été découvert sans vie dans sa chambre, avec un M16 en main et la tête perforée par une balle. L’homme avait laissé un mot d’adieux. Toujours l’année dernière, non loin du Lycée nationale Léon Mba de Libreville, des individus non identifiés jusqu’à ce jour, avait tiré sur un militaire de la GR, qui fort heureusement s’en est tiré. Aujourd’hui, c’est le sergent-chef major Loyld Tsiri, qui est retrouvé mort dans son véhicule. Affaire à suivre !

 

 

Levi NGOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR