La Coalition pour la Nouvelle République demande la déclaration de la vacance du pouvoir

LIBREVILLE (Equateur) – Dans une déclaration lue ce vendredi 2 août à Libreville, par Jean François Ntoutoume Emane, les leaders des partis politiques de l’opposition, regroupés au sein de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR), ont appelé à la déclaration de la vacance du pouvoir. Selon eux, s’appuyant sur certains faits, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, serait dans l’incapacité de diriger le Gabon.

 

Les leaders des partis politiques de l’opposition gabonaise, regroupés au sein de la Coalition pour la Nouvelle République (CNR), ont fait une déclaration ce vendredi 2 août à Libreville, en présence de la presse nationale et internationale. Dans cette déclaration lue par Jean François Ntoutoume Emane, ancien hiérarque du Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir) et appartenant désormais à l’opposition, le CNR demande la vacance du pouvoir.

 

En effet, pour les opposants de la CNR, le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, ne serait plus en capacité de présider aux destinés du Gabon. Pour preuve, soutiennent ces leaders de l’opposition, « les faits identifiés et évoqués par la confédération dynamique unitaire, comme par le plus grand nombre des gabonais, les vidéos mensongères qui fusaient sur la place publique, les visites des présidents de certains pays africains, l’inaccessibilité d’Ali Bongo par sa famille pour s’enquérir de l’état de santé de celui qu’ils n’ont pas approché depuis plusieurs mois, tous ces artifices ont renforcé le doute et fini par convaincre tout le monde entier, de l’incapacité totale d’Ali Bongo à présider aux destinés du Gabon. Oui il est clair, il n’y a plus aucun doute dans l’esprit du peuple gabonais. Et la réponse appropriée est aussi celle de la vacance du pouvoir qui doit être déclarée », ont-ils soutenu.

 

Hormis l’appel à la déclaration de la vacance du pouvoir, la CNR a déploré l’état actuel du Gabon, qui du point de vue des leaders de l’opposition, serait marqué par une profonde fracture. « Le Gabon est dans un état de chaos matériel et moral sur tous les plans. Notre vivre ensemble n’a jamais été autant mis en mal par un système à la tête duquel ce sont érigés en maîtres, des aventuriers qui aveuglés par le pouvoir de l’argent, ont fait main basse sur les institutions de la République », ont-ils regretté.

 

Poursuivant son propos, la Coalition des leaders politiques de l’opposition regroupés autour de Jean Ping, candidat malheureux à la présidentielle de 2016, ont dénoncé les agissements des forces de défense et de sécurité qui, plutôt que d’être les protecteurs des populations, « apparaissent comme les ennemis du peuple gabonais », ont-ils dit.

 

S’adressant aux tenants du pouvoir, la CNR les met en garde quant aux conséquences de leur mal gouvernance, qui d’après eux, porteront atteinte « non seulement sur notre vivre ensemble, mais aussi sur l’environnement politique national et régional, sur le climat et la prospérité des affaires ». Et la solution que la CNR propose pour éviter au Gabon une telle catastrophe, c’est la déclaration de la vacance du pouvoir.

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR