Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Recensement biométrique : Le Bloc syndical de la première seconde met en garde le gouvernement de cacher les résultats de ce recensement

LIBREVILLE (Equateur) – Pour Pierre Mintsa, secrétaire général du Syndicat autonome des personnels des affaires sociales (Sapas), qui appartient au Bloc syndical de la première seconde, les partenaires sociaux ne laisseront plus le gouvernement leur cacher les résultats de ce  recensement biométrique des agents publics de l’État, comme ce fut le cas en 2009 et 2018.

 

Le Bloc syndical de la première seconde était la semaine dernière à la Fonction publique, dans le cadre du recensement biométrique des agents publics de l’État, afin d’exprimer son mécontentement parce que les partenaires sociaux n’ont pas été associés à l’opération de recensement, qui d’après Pierre Mintsa du Sapas, vise l’assainissement de la masse salariale et du fichier des effectifs de l’administration publique.

 

Pour le secrétaire général du Sapas, la mise à l’écart des syndicats dans cette opération, est la preuve flagrante que le gouvernement cherche une énième fois à cacher aux populations les résultats réels de ce recensement biométrique. « Le gouvernement a marqué son désaccord quant à l implication directe des partenaires sociaux, et cela donne l’impression une fois de plus, que le gouvernement veut cacher la vérité issue de ce recensement. S’il n’y a rien à cacher, pourquoi refuse-t-il notre implication ? Les organisateurs seront-ils capables de communiquer les résultats ? Les agents fantômes seront-ils connus ? Les baux administratifs et les régimes spéciaux seront-ils supprimés pour alléger la masse salariale ? La pension retraite sera-t-elle arrimée au nouveau système de rémunération ? », s’interroge Pierre Mintsa.

 

Des inquiétudes tout à fait justifiées, estime-t-il, au regard des recensements de 2009 et 2018 dont les résultats n’ont jamais été communiqués par le gouvernement. « Les gouvernants n’ont jamais dit aux populations combien ces opérations ont coûté. Au moment où les situations administratives sont bloquées depuis 2015, nous pensons que cette opération que nous ne contestons pas dans le fond, peut participer à la résolution de ces maux », a souligné le secrétaire général du Sapas.

 

Cependant, le Bloc syndical de la première seconde, met en garde le gouvernement de Julien Nkoghé Békalé, quant à la détermination des partenaires sociaux de connaitre par tous les moyens, les conclusions de ce recensement biométrique. « Nous allons après cette opération, mettre en place une synergie syndicale pour emmener le gouvernement à communiquer les résultats de ce recensement biométrique », a-t-il conclu.

 

 

Levi NGOMA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR