La Conasysed menace de boycotter le bon déroulement de l’année scolaire 2019-2020

LIBREVILLE (Equateur) – Dans un point de presse tenu le samedi 12 octobre dernier à Libreville, le délégué général de la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed), Louis Patrick Mombo, a conditionné le bon déroulement de l’année scolaire 2019-2020, à la régularisation des situations administratives des enseignants sortis des écoles de 2014 à 2018, au rétablissement de tous les salaires suspendus lors du recensement de juillet 2018, et à la remise de tous les bons de caisses aux enseignants concernés, entre autres.

 

L’année scolaire 2019-2020 qui a peine à démarrer depuis deux semaines, pourrait ne pas aller à son terme. La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed) dirigée par Louis Patrick Mombo, menace de boycotter son bon déroulement si jamais, le gouvernement de Julien Nkoghé Békalé, ne s’actait pas à répondre favorablement et dans un délai relativement court, aux revendications de cette centrale syndicale.

 

Parmi les points qui conditionnent le bon déroulement de cette année scolaire, il y a entre autres, la régularisation des situations administratives des enseignants sortis de l’ENI, l’ENS, l’INJS, l’ENSET des promotions 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et ceux recrutés directement ; la régularisation des situations administratives de tous les enseignants (recrutement, intégration, titularisation, avancement automatique à l’ancienneté, reclassement après stage…) ; l’arrêté réhabilitant administrativement la Conasysed ; l’annulation de l’approche par les compétences de base (APC) ; l’organisation du concours interne d’entrée à l’Ecole Normale Supérieure (ENS) ; la réouverture de l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI) ; la création du corps de chefs d’établissements ; l’adoption et la signature du projet de décret revalorisant les taux de vacations aux examens et concours de l’éducation nationale, de la Formation Professionnelle, et de la jeunesse et sports ; le rétablissement de tous les salaires suspendus lors du recensement de juillet 2018, et la remise de tous les bons de caisses aux enseignants concernés.

 

Le délégué général de la Conasysed, Louis Patrick Mombo, a également déploré le fait que les cours tardent toujours à être effectifs sur l’ensemble du territoire national. Pour la Conasysed, cette situation serait due à l’impréparation du Ministère de l’éducation nationale. Au nombre des impréparations, M. Mombo cite notamment les nominations intervenues tardivement et comportant plusieurs anomalies des chefs d’établissements et autres responsables administratifs.

 

« Nous tenons tout d’abord à rappeler que les nominations à certaines hautes fonctions des agents publics obéissent aux dispositions de la loi n°8/91 du 26 septembre 1991 portant statut général des fonctionnaires qui dispose en son article 63 : ‘’Les nominations à certaines hautes fonctions de responsabilité, dont la liste est fixée par la loi, sont prononcées par décret pris en conseil des Ministres sur une liste d’aptitude par spécialité, conformément à la Constitution et aux statuts particuliers, et sous réserve que l’emploi en cause existe et qu’il soit effectivement vacant. Toutefois, ne peuvent être nommés aux hautes fonctions de responsabilité visées à l’alinéa précédent, que des fonctionnaires titularisés’’ ».

 

S’appuyant sur l’article 19 de la loi n°20/92 du 8 mars 1993, fixant les statuts particuliers des fonctionnaires du secteur éducation, le délégué général de la Conasysed soutient que pour être proviseur ou Directeur d’un collège par exemple, il faut accumuler 5 années de pratique professionnelle dont 2 années d’encadrement. « Par rapport aux nominations intervenues le 30 septembre 2019, si certaines sont conformes aux dispositions légales ci-dessus mentionnées, d’autres ne le sont pas, car nous notons plusieurs anomalies : cumul des fonctions, doublons, non-respect des critères exigés par la loi, décret de nomination inexistant, etc », a-t-il regretté.

 

Aussi, concernant lesdites nominations, Louis Patrick Mombo exige du gouvernement, la publication immédiate  du décret pris en Conseil des Ministres, nommant tous ces responsables. Il exige par ailleurs, l’annulation de toutes les nominations non-conformes.

 

 

James RHANDAL

1 thought on “La Conasysed menace de boycotter le bon déroulement de l’année scolaire 2019-2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR