La famille de Privat Ngomo exige sa libération

LIBREVILLE (Equateur) – La famille  de Privat Ngomo, arrêté le 16 juillet dernier, a exigé ce vendredi 18 octobre au cours d’un point de presse à Libreville, la libération de leur fils, qui est incarcéré à la maison d’arrêt de Libreville, pour entrave à la circulation routière et propagation de fausses nouvelles.  

 

Le 16 juillet dernier à Libreville, Privat Ngomo est mis aux arrêts pour entrave à la circulation routière et propagation de fausses nouvelles. En effet, dans une déclaration lue le 12 juillet devant l’ambassade de France de Libreville, Privat Ngomo avait exigé de l’ancien colonisateur du Gabon, la reconnaissance de la victoire de Jean Ping, candidat à l’élection présidentielle de 2016, et qui serait d’après lui, le vainqueur de ce scrutin.

 

D’après la famille de celui que plusieurs considère comme ‘’ le Lumumba ‘’ du Gabon, son incarcération n’a aucun fondement en droit. Il s’agirait donc d’une arrestation arbitraire et illégale. « L’ordonnance de clôture de l’instruction  de cette  affaire  n’est toujours pas signée, alors que techniquement, cette instruction est achevée depuis le 30 juillet dernier, rallongeant ainsi  les  délais de cette détention illégale », soutient le représentant de la famille Ngomo, Jean Juste Ngomo, qui exige la libération de leur fils.

 

Accusant l’ambassade de France au Gabon d’être responsable de l’arrestation de Privat Ngomo, la famille de ce dernier demande à la France de prendre ses responsabilités, afin que leur fils recouvre sa liberté.

 

Pour rappel, le 16 juillet dernier, Privat Ngomo est incarcéré à la prison centrale de Libreville pour outrage au chef de l’Etat, atteinte à la sûreté de l’Etat et incitation à la révolte, et ce après une garde à vue dans un commissariat de la capitale gabonaise.

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR