Alexandre Désiré Tapoyo fait son retour au Centre des libéraux réformateurs (CLR)

LIBREVILLE (Equateur) Dans un courrier portant décision n°0013 du 21 octobre dernier, le délégué général du Centre des libéraux réformateurs (CLR), Dr. Nicole Assélé, vient de nommer au poste de délégué général adjoint 1 de cette formation politique proche du Pouvoir, Alexandre Désiré Tapoyo. Ce retour de l’ancien ministre des gabonais de l’étranger, qui a démissionné du Parti démocratique gabonais (PDG) le 24 septembre dernier, aurait un lien avec la présidentielle de 2023.

 

Un mois après avoir quitté le Parti démocratique gabonais (PDG au pouvoir), c’est-à-dire le 24 septembre dernier, Alexandre Désiré Tapoyo fait son retour au sein du Centre des libéraux réformateurs (CLR), une formation politique proche du Pouvoir. Dans un courrier portant décision n°0013 du 21 octobre dernier, le délégué général du CLR, Dr. Nicole Assélé, vient de le nommer délégué général adjoint 1, chargé de l’implantation et de la stratégie électorale.

 

Selon certaines indiscrétions, son retour au CLR n’est pas fortuit. Il aurait un lien avec la présidentielle de 2023. En effet, le CLR de Jean Boniface Assélé serait sur le point de rompre son alliance avec le Pouvoir, qui ne respecterait plus ses engagements envers ses alliés d’une part, mais aussi parce que le PDG ne serait plus une garantie pour le développement du Gabon et le bien être des populations, d’autre part.

 

Par ce divorce qui devrait intervenir d’ici quelques mois, apprend-on, le CLR va certainement présenter un candidat pour affronter le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, qui a déjà annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2023. Et Alexandre Désiré Tapoyo pourrait être ce candidat que le CLR va investir.

 

Toutefois, si ce retour d’Alexandre Désiré Tapoyo au sein du CLR réjouit certains, cependant, il n’a pas laissé indifférent le Parti au pouvoir. D’après l’un des sages du PDG, André Dieudonné Berre, le nouveau délégué général adjoint 1 du CLR, serait un opportuniste. « Nous responsables au 1er arrondissement, nous sommes convaincus que de tels virevoltages ne sont que les effets pervers et normaux de toute personne sans conviction profonde et mue par son défaut fondamental à savoir : l’opportunisme. Les effets de son retour à sa case départ est un non évènement pour les vrais militants du Parti démocratique gabonais », déclare André Dieudonné Berre dans l’un des forums du PDG.

 

 

 

Levi NGOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR