Grève générale illimitée à la SEEG : Le personnel exige l’audit des comptes de la période de réquisition

LIBREVILLE (Equateur) – Le personnel de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), regroupé au sein du Syndicat national des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntee+), entre en grève générale illimitée ce mardi 29 octobre sur l’ensemble du territoire national, pour exiger entre autres, l’audit des comptes de la période de réquisition, et le paiement de la prime de résultat avec clarification des résultats de l’exercice 2018 en juin 2019.

 

« Considérant que la base syndicale du Syntee+ et le personnel, réunis en assemblée générale extraordinaire le 9 septembre 2019, ont jugé de l’arrêt immédiat du travail en cas de non satisfaction totale, lors des négociations, des points de revendication en suspens. Le Bureau exécutif informe par la présente, du déclenchement de la grève générale illimitée, qui couvrira l’ensemble des sites de la société sur le plan national, dès ce mardi 29 octobre », déclare le président du Syntee+, Sandrine Ogoula.

 

Pour le président du Syntee+, la décision d’entrée en grève générale illimitée est consécutive au blocage par la direction générale de la SEEG, de deux points majeurs de la plateforme revendicative du personnel, notamment l’audit des comptes de la période de réquisition, et le paiement de la prime de résultat avec clarification des résultats de l’exercice 2018 en juin 2019.

 

S’agissant du point sur l’audit des comptes, Sandrine Ogoula affirme, que les résultats publiés le 8 octobre dernier, explique à suffisance les raisons du refus de la direction générale de respecter les termes de référence relatif à l’audit des comptes de la période de réquisition, au seul motif que la période à auditer ne pourrait s’étendre jusqu’à juin.

 

« Or, la demande d’étendre la période à auditer jusqu’au 30 juin 2019, vient de ce que les comptes de l’exercice 2018, ont continué à subir des traitements tout au long du 1er semestre 2019. En effet, nous savons que le résultat net des  comptes arrêtés en décembre 2018, se chiffrait en milliards. Aussi, comment expliquer cette baisse vertigineuse entre décembre 2018 et le montant de l’arrêté effectif des comptes », s’est-elle interrogée, avant d’affirmer le souhait du personnel de voir les différents traitements de l’exercice 2018 qui ont impactés le résultat de janvier à juin 2019, être analysés.

 

Le personnel de dame SEEG dénonce également les abus qui s’effectueraient en matière de respect des règles et procédures dans plusieurs domaines de leurs activités, notamment l’appel à des sous-traitants pour les activités de recouvrement et les branchements eau et électricité, non-respect de la procédure d’attribution de marché pour le renouvellement de la centrale thermique de Koulamoutou, et la violation des textes réglementaires en matière de promotion.

 

Pour rappel, le Syntee+ réclame entre autres, la régularisation totale par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) de la situation de ses retraités, l’audit des comptes la période réquisition et le paiement de la prime de résultat avec clarification des résultats de l’exercice 2018 en juin 2019. Le syndicat demande à tous les agents à se retrouver devant les sièges de l’entreprise dans tout le pays. Toutefois, un service minimum sera assuré.

 

Le 21 juin dernier, Le Syntee+ avait déposé un préavis de grève avant de le suspendre quelques jours après, rappelle-t-on.

 

 

Levi NGOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR