Le maire de Libreville menace de remplacer les commerçants étrangers par des gabonais

LIBREVILLE (Equateur) – Le maire de la commune de Libreville, Léandre Nzué, qui dressait son bilan à la tête de l’hôtel de ville, le mercredi 30 octobre dernier en présence de la presse nationale et internationale, n’a pas manqué de mettre en garde les commerçants étrangers qui menacent de faire grève pour protester contre les contrôles ‘’intempestifs’’ des agents municipaux. L’édile de Libreville se dit prêt à fermer les boutiques des commerçants étrangers qui s’opposent aux lois gabonaises, et de les remplacer par des gabonais sans emploi.

 

« Nous n’accepterons pas de chantage. Qu’ils ferment leurs boutiques nous les attendons (…) Les gabonais sont à la recherche du boulot et la mairie est prête à leur trouver un capital pour démarrer un commerce », a lancé le maire de la commune de Libreville, Léandre Nzué, à l’endroit des commerçants étrangers qui menacent de faire grève pour protester contre les contrôles des agents municipaux.

 

Pour l’édile de Libreville, qui dressait le bilan de ses actions devant les journalistes, le mercredi 30 octobre dernier, sept mois seulement après sa brillante élection, il n’est pas question que la Marie cède au chantage des commerçants, dans la mesure où les contrôles et les taxes prélevées sont conformes à la loi.

 

« Nous ne les laisserons pas dormir. Tous ceux qui ne seront pas conformes à la loi, seront traqués. Je ne suis pas xénophobe, mais ils ne viendront pas nous dicter la loi dans notre pays », a-t-il martelé, tout en soulignant que « Les agents de la mairie continueront à descendre sur le terrain, et si d’aventures, certains commerçants ne sont pas en règle, ils s’exposent aux dispositions de la loi, en payant des amendes ».

 

 

Levi NGOMA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR