La Cosyga dénonce la violation des droits des travailleurs à la Sigalli

LIBREVILLE  (Equateur) – Entre licenciements abusifs et musèlement du droit syndical, la société Industrielle Gabonaise de Laiterie et de Liquides (Sigalli) semble bien décidée à violer impunément le droit du travail en République gabonaise. Des agissements que le secrétaire général de la Cosyga, Wenceslas Mba Nguema, dénonce.

 

Pour avoir osé se constituer en syndicat pour mieux défendre leurs droits dans le cadre du dialogue social permanent entre les travailleurs et les employeurs, voulu par le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, certains employés de la Sigalli, sont menacés de licenciement.

 

C’est le cas notamment de François Abe Akue, secrétaire général adjoint du Syndicat des professionnels de la Sigalli (Sypros), qui a été licencié, alors qu’il est protégé par le Code du travail. « Le SGA du Sypros a été congédié de son poste par la direction générale de Sigalli, sans que les dispositions de l’article 294 et suivants, aient été respectés. Car pour licencier un salarié protégé, il faut l’autorisation de l’inspection du travail », a expliqué Wenceslas Mba Nguema.

 

Hormis le SGA du Sypros qui fait actuellement l’objet d’une procédure de licenciement, il y a également Franck Dikounga, qui est sur le point d’être licencié pour avoir réclamé de la direction générale, le respect des dispositions du droit du travail, concernant la valeur locative locale d’un agent affecté dans une autre localité.

 

En effet, Franck Dikounga qui a été affecté à Port gentil, a reçu de son employeur une prime de vie chère de 15000 FCFA et une indemnité de logement de 60000 FCFA. Cependant, précise le SG de la Cosyga, l’indemnité de logement étant insignifiante par rapport à ce que prévoit la convention collective, M. Dikounga a donc conditionné son départ à son nouveau lieu d’affectation, à la reconsidération de son indemnité de logement, conformément a la loi.

 

« La convention collective dispose que, lorsqu’un salarié est déplacé d’un endroit à un autre par le fait du travail, si l’entreprise n’est pas capable de le loger, elle doit lui verser une indemnité de logement conséquent. Avec 60000 FCFA, où ce monsieur, sa femme et ses cinq enfants, vont-ils se loger ? », s’est interrogé Wenceslas Mba Nguema.

 

Devant le refus de la direction générale de Sigalli, de respecter le droit du travail, le secrétaire général de la Cosyga qui déplore ces violations, a saisi l’inspection du travail. Il prévoit également amener l’affaire au tribunal pour permettre aux employés licencier abusivement, d’entrer dans leurs droits.

 

Par ailleurs, pour en savoir plus sur cette situation, nous avons tenté de joindre la direction générale de Sigali, mais sans succès. Toutefois, pour le SG de la Cosyga, ces licenciements cacheraient des difficultés économiques que traversent la Sigalli.

 

« La Sigalli est confrontée à des difficultés financières. Elle se plaint notamment du très faible taux de recouvrement de sa créance vis-à-vis de l’Etat, et de la concurrence de Fobert Gabon qui fait désormais dans la commercialisation des jus de fruits et des produits laitiers », a confié M. Mba Nguema, qui soupçonne que les responsables de Sigali créent certaines situations pour licencier abusivement son personnel, qu’elle aurait du mal à payer.

 

 

Levi NGOMA 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR