Wave Phase 2 : Le Gabon et d’autres pays africains s’unissent pour assurer une productivité durable du manioc

LIBREVILLE (Equateur) – La phase 2 du programme Wave a été lancé le mercredi 6 novembre dernier à Libreville  sous le thème : « La force de l’union pour une productivité agricole  durable en Afrique ». Une occasion pour les gouvernants de dix pays d’Afrique de l’ouest et du centre dont le Gabon, de centraliser leurs efforts afin de lutter contre les maladies du manioc, qui menacent gravement la productivité de cet aliment consommé par près de 500 millions d’africains.

 

C’est dans un hôtel de la capitale gabonaise, que la phase 2 du programme Wave (Central and West African Virus Epidemiology) a été lancée le mercredi 6 novembre dernier, en présence d’un parterre d’invités des gouvernements de dix pays d’Afrique de l’ouest et du centre membres de cette organisation, du monde scientifique et agricole.

Le directeur exécutif du programme Wave, Pr. Justin Simon Pita, expliquant …..

Cette phase 2 du programme Wave qui a entre autres objectifs, de fédérer et construire des alliances, des collaborations et des actions collectives contre les maladies virales des cultures en Afrique de l’ouest et du centre, a été l’occasion pour le Pr. Justin Simon Pita, directeur exécutif du programme, de présenter aux participants le chemin parcouru par son organisation depuis 2015, dans la lutte contre les maladies du manioc (la mosaïque et la striure brune), qui entrainent de graves pertes de rendement, et mettent en péril les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles.

 

Aussi, interpelle-t-il les gouvernants africains, ses collègues scientifiques et les exploitants agricoles, à s’unir contre cette menace qui est réelle « Les maladies du manioc sont partout dans nos champs d’Afrique subsaharienne. Elles détruisent la production du manioc, car ce sont des dévastatrices », a-t-il déclaré.

… aux membres du gouvernement gabonais ….

S’appuyant sur des enquêtes menées sur la propagation de ces deux maladies dans certains pays africains, Justin Simon Pita a démontré à l’assistance, que si rien n’était fait pour les stopper, la mosaïque et la striure brune, pourraient s’étendre dans d’autres Etats dont le Gabon qui n’est pas encore atteint. « Il faut la prévention, car la menace est réelle. Nous voulons aller loin, vite, mais ensemble. Seul, on ne peut pas lutter contre cette menace. Nos gouvernants africains doivent s’approprier ce problème », a-t-il conclu.

 

En effet, d’après le directeur du programme Wave au Gabon, le Pr. Jacques François Mavoungou, la prévention est l’un des moyens les plus efficaces contre la propagation de ces  pathologies dévastatrices du manioc. « En effet, pour toute maladie infectieuse dans les pays à faibles ressources, la prévention apparait comme étant à la fois une nécessité technique et un impératif morale », a-t-il expliqué, tout en précisant que « le déploiement et la réussite de la mise en œuvre de ces plans de prévention et de riposte dans nos pays, passe nécessairement par le travail en synergie… ».

… et des chercheurs, l’importance de lutter contre les maladies du manioc

Le Gabon, qui est le nouveau membre du programme Wave, entend s’impliquer davantage aux côtés des exploitants agricoles nationaux, pour les aider à mieux protéger leurs champs et ne pas contribuer à répandre les maladies du manioc. « Ce que nous allons faire avec le programme Wave, c’est qu’on puisse vous donner des semences, des habitudes et un savoir-faire, qui vous permettent non seulement de protéger vos champs, mais aussi de ne pas propager des maladies à l’ensemble du pays », a soutenu Biendi Maganga Moussavou, ministre gabonais de l’Agriculture.

 

Pour leur part, Katherine Kahn et Aine Mc Gowen, respectivement représentante de la Fondation Bill et Melinda Gate, et du département international pour le développement du Royaume-Uni, ont réaffirmé leur soutien au programme Wave.

 

Pour rappel, le programme Wave c’est une dizaine de pays d’Afrique de l’ouest et du centre. Il s’agit du Benin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigéria, Cameroun, République démocratique du Congo, Sierra Léone, Togo et Gabon.

 

 

James RHANDAL   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR