La société civile se réjouit de la nomination du nouveau directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba

LIBREVILLE (Equateur) – La présidente du Syndicat national des professionnels de l’audiovisuel public (SYNAPAP), Aminata Ondo Mendogo, et le secrétaire général du Syndicat autonome des personnels des affaires sociales (SAPAS), Pierre Mintsa, ont livré leur sentiment à l’Agence de Presse Equateur, au lendemain de la nomination de Théophile Ogandaga, en tant que nouveau directeur de cabinet du président de la République.

 

« Nous sommes fières d’avoir un membre de la société civile, comme directeur de cabinet du président de la République, Ali Bongo Ondimba. M. Ogandaga n’appartient à aucun parti politique. Il connait les problèmes des gabonais. Il a été employé à Shell Gabon et a dirigé le puissant syndicat pétrolier l’ONEP. Il a également occupé la fonction de directeur général adjoint du groupe Olam », ont déclaré les syndicalistes Aminata Ondo Mendogo et Pierre Mintsa.

 

Pour la présidente du SYNAPAP et le secrétaire général du SAPAS, « C’est un gabonais qui est à la tête de cette institution, c’est n’est pas de la xénophobie », se  sont-ils félicité.

 

Concernant les problèmes du secteur communication, Aminata Ondo Mendogo, souhaite que le nouveau directeur de cabinet plaide auprès du président gabonais, pour un assainissement du secteur de l’audiovisuel en particulier. « Notre secteur est important, il est un poumon de la stabilité politique et sociale, parce que sans communication, il n’y a point de démocratie. Malheureusement, le secteur est gangréné par le vol des responsables, des fonds alloués pour améliorer les conditions de vie et de travail du personnel », a-t-elle dénoncé.

 

Pour sa part, Pierre Mintsa du SAPAS, a espéré que le nouveau DC aura une oreille attentive aux sollicitations des partenaires sociaux, qui souhaitent discuter avec le Chef de l’Etat pour la résolution de leurs préoccupations. « Nous espérons que cet ancien membre de la société civile que nous connaissons, ne changera pas maintenant qu’il est à la présidence de la République. Nous osons croire qu’il portera les préoccupations des travailleurs auprès du Chef de l’Etat », a-t-il dit.

 

Pour rappel, le groupe singapourien Olam opère au Gabon dans plusieurs secteurs économiques, notamment dans la production du palmier à huile. Le pays en moins de dix ans est désormais le leader dans l’exportation de l’huile de palme dans la zone de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Le groupe a construit un deuxième port dans la zone portuaire de d’Owendo. Il a pris le contrôle de la gestion de l’aéroport de Libreville où d’importants travaux réhabilitation sont en cours de réalisation.

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR