« Il faut une refonte complète du syndicalisme au Gabon », Jocelyn Louis Ngoma, SGA Cosyga

 

LIBREVILLE (Equateur) – De retour de la célébration des 50 ans d’existence de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS), qui s’est tenue du 27 au 29 décembre dernier à Dakar, et au regard de l’actualité nationale marquée notamment par une accusation de corruption des leaders syndicaux qui ont pris part au Forum de la Fonction publique, le secrétaire général adjoint de la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga), Jocelyn Louis Ngoma, interpelle ses collègues syndicalistes et le gouvernement,  sur la nécessité de se conformer aux conventions internationales.

 

« Au Gabon, le fonctionnement de nos organisations syndicales est inversé. Au lieu que c’est la base qui soit la force des organisations syndicales, nous avons des hommes qui sont en réalité des gourous, qui parlent au nom des travailleurs ».

 

C’est en ces termes que le secrétaire général adjoint de la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga), Jocelyn Louis Ngoma, a tenu à dénoncer le vendredi 10 janvier dernier à Libreville, dans un entretien accordé à la rédaction de l’Agence de presse Equateur, l’attitude de certains leaders syndicaux, qui profitent des travailleurs pour assouvir leurs intérêts personnels, mais également le silence complice du gouvernement qui ne fait rien.

 

L’homme qui rentre fraîchement du Sénégal où il a pris part au 50ème anniversaire d’existence de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS), qui s’est tenue du 27 au 29 décembre dernier à Dakar, s’étonne qu’au Gabon l’environnement syndicale soit toujours marqué par des scandales de corruption et des mouvements de grève sans fin, alors que sous d’autres cieux, tel qu’au Sénégal, les représentants syndicaux sont respectés et les revendications des travailleurs sont réglées au sein d’une institution en charge du dialogue social.

 

« Au Gabon, nous sommes dans un environnement syndical où les critères d’éligibilité sont complètement biaisés. Le fonctionnement des organisations syndicales tel que cela devait se faire par rapport aux conventions internationales, n’est pas respecté. Au Sénégal d’où je reviens, les membres qui animent les organisations syndicales sont respectés. Ce sont des professeurs d’universités, parfois d’anciens ministres du travail. Et leur rapport avec l’Etat se fait au sein du Conseil national du dialogue social où les revendications des travailleurs sont traitées», explique le secrétaire général adjoint de la Cosyga.

 

Pour Joslyn Louis Ngoma, hormis la méconnaissance du fonctionnement normé d’une organisation syndicale par certains leaders syndicaux, les adhérents de ces différents syndicats et le gouvernement, sont également responsables du désordre qu’on observe. « C’est un peu la faute des travailleurs qui se complaisent à se comporter comme des sympathisants à qui on n’a aucun compte à rendre. Le gouvernement est aussi responsable de cette situation, car comment peut-il discuter, négocier avec des leaders syndicaux fantoches, qui parlent pour eux-mêmes et dont les syndicats n’ont même pas de siège ? », s’interroge-t-il.

 

Au regard de toutes les dérives qu’on observe dans le milieu syndical gabonais, le SGA de la Cosyga affirme, qu’il faut donc une refonte complète du syndicalisme au Gabon. Ce qui soutient-il, passe inéluctablement par la création comme au Sénégal, d’une institution qui va gérer le dialogue social « et qui va nous amener vers la création des élections professionnelles. En effet, ces élections sont la seule issue pour crédibiliser nos syndicats et confédérations syndicales, en identifiant ceux qui sont représentatifs et qui parlent réellement au nom des travailleurs ».

 

S’adressant particulièrement au gouvernement gabonais, Joslyn Louis Ngoma, exhorte le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé, à mettre en place une plateforme du dialogue social où tous les partenaires sociaux se retrouveront avec le gouvernement ou le patronat. « Le gouvernement gabonais en tant que puissance publique, peut réguler l’activité syndicale au Gabon en mettant en place tous les organes institutionnels, qui permettront de créer les conditions pour que les syndicats deviennent pour notre pays, des véritables forces de propositions », a martelé M. Ngoma.

 

S’agissant de sa participation au cinquantenaire de la CNTS, où il intervenait en qualité d’expert en matière de protection sociale, Joslyn Louis Ngoma, a partagé l’expérience du Gabon sur le plan de sa politique en matière de protection sociale.

 

 

Levi NGOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR