Grève générale dans le secteur privé et parapublic : La grève est levée, un accord a été trouvé avec le gouvernement

LIBREVILLE (Equateur) – La grève des travailleurs du secteur privé et parapublic, vient d’être levée ce lundi 27 janvier à Libreville, par la coalition des organisations syndicales signataires du préavis de grève du 17 janvier dernier. Un accord écrit a été conclu cet après-midi avec le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé.

 

La grève générale d’avertissement des travailleurs du secteur privé et parapublic, vient d’être levée par la coalition des organisations syndicales signataires du préavis de grève du 17 janvier dernier. Un accord écrit a été conclu ce lundi 27 janvier avec le Premier ministre, Julien Nkoghé Békalé. Le Chef du gouvernement a privilégié la paix sociale, au regard des pertes énormes enregistrées par plusieurs entreprises, et du désagrément causé aux nombreux usagers.

 

Dans le procès verbal de réunion signé par les deux parties, il a été convenu ce qui suit : le gouvernement et les partenaires signataires s’engagent à ouvrir une plénière sur le projet de réforme du code du travail avec l’ensemble des partenaires sociaux  à partir du 3 février 2020 sur une période qui ne saurait excéder 15 jours. Concernant cette plénière, il a été arrêté que chaque organisation enverra deux représentants par organisation professionnelle des travailleurs.

 

S’agissant de la réforme du code du travail, les deux parties sont tombées d’accord qu’elle ne saurait être un motif de grève par les partenaires sociaux, et ce jusqu’au terme des travaux de la plénière. En clair, tout au long des travaux, il n’y  aura pas de grève dans aucune entreprise privée ou parapublique.

 

A l’endroit des employeurs, ils ne sanctionneront aucun salarié pour sa participation ou pour le rôle qu’il aura joué dans la grève déclenchée le 23 janvier dernier. Le Chef du gouvernement y tient, au nom de la préservation de la paix sociale et du retour de la sérénité.

 

Cependant, Julien Nkoghé Békalé a invité les travailleurs à exercer leurs droits syndicaux dans le strict respect des lois et règlements en vigueur, et appelle à la reprise normale du travail.

 

 

Levi NGOMA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR