Le Libéria inaugure son consulat général à Dakhla

LIBREVILLE (Equateur) – L’inauguration a été faite par Nasser Bourita et son homologue Libérien Gbezohngar Milton Findely le 12 mars dernier à Dahkla dans le Sahara Marocain. L’ouverture de ce consulat,  annoncée le 6 mars dernier par le chef de la diplomatie libérienne,  permettra de promouvoir les relations bilatérales qui datent de plusieurs années entre le Libéria et le Maroc.

 

Cet acte fait du Libéria, le dixième Etat africain à disposer d’une enceinte consulaire dans la région du  Sahara Marocain d’un part et d’autre part de la quatrième représentation consulaire inaugurée à Dakhla après Djibouti, la Gambie et la Guinée. Ce qui fait de lui, le quatrième Etat de l’Afrique de l’Ouest  à ouvrir son Consulat général à Dakhla, derrière  la Gambie, la Côte d’ivoire et la Guinée.

 

Avec l’inauguration de ce dixième Consulat général  dans les provinces du Sud du Maroc, ce sont à ce jour en l’espace de trois mois un cinquième des Etats africains qui réaffirment leur  appui indéfectible à la Marocanité du Sahara Marocain.

 

Il faut dire que l’inauguration du Consulat général du Libéria n’est pas anodin, au regard du rôle important joué par  ce pays dans l’histoire du continent africain. Faut-il rappeler que le Libéria a la particularité d’être la première République postcoloniale de son continent pour avoir obtenu son indépendance au 19è siècle.

 

D’une manière générale, ces enceintes consulaires au Sahara  Marocain, augmentent la présence internationale en l’occurrence africaine dans les provinces du Sud.

 

Pour ministère Marocain des Affaires étrangères : « Le Maroc est serein dans son approche, clair sans vision et confiant dans son droit. Il poursuivra cette politique d’ouverture des Consulats généraux vers les pays africains pour faire du Sahara un trait d’union entre le Maroc et sa profondeur africaine. N’en déplaise au seul Etat membre de l’ONU (Algérie) qui à force de communiqués en s’attaquant aux choix souverains des pays africains d’ouvrir des Consulats généraux au Maroc, ne peut que constater la dynamique irréversible de la Marocanité du Sahara et que ni l’Algérie ni quiconque ne pourra s’y opposer ».

 

En conséquence,  le Maroc estime donc que « cette reconnaissance concrète de la Marocanité du Sahara doit être prise en compte par les Nations Unies dans le traitement de cette question ».

 

«  Il s’agit d’un développement majeur et de premier plan illustrant qu’il ne saurait y avoir de solution à la question du Sahara marocain que dans le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Maroc », conclut le ministère marocain des affaires étrangères.

 

 

Stephane MBORE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR