Gabon : Mort suspecte d’une famille camerounaise à Port-Gentil

LIBREVILLE (Equateur) – Un couple de nationalité camerounaise et leurs deux enfants d’à peine un an environ, ont été retrouvés sans vie, ce lundi 23 mars dans un quartier de Port-Gentil (Ogooué Maritime). D’après une source proche du dossier, il pourrait s’agir d’un empoisonnement.

 

C’est au quartier sud de Port-Gentil, dans la province de l’Ogooué Maritime, que le couple de nationalité camerounaise, et dont les identités ne nous ont pas été révélées, a été retrouvé sans vie, ce lundi 23 mars en début de matinée. A leurs côtés, deux fillettes d’environ un an, probablement des jumelles, sont également inertes.

 

La femme qui est vêtue d’un pagne, est allongée sur le côté avec ses deux enfants. Aucune trace de lutte n’est perceptible. L’homme en revanche, qui est en culotte et partiellement adossé sur le lit avec les pieds au sol, semble avoir tenté de se lever, mais en vain. De la mousse sortant des narines du couple, semble révélée qu’ils ont suffoqué, avant de rendre l’âme. Un symptôme qui fait penser à une mort par gaz ou par empoisonnement. On se souvient encore de la fratrie décédée il y a quelques années à Oyem (Nord du Gabon) dans les mêmes conditions.

 

Pour l’heure, les autorités judiciaire en charge de l’enquête, écarte la thèse d’une mort par la pandémie du Coronavirus. « Ils n’ont pas été tué par le Covid-19 comme certains le pensent. A première vue, au regard des symptômes, il s’agirait d’un empoisonnement. Mais seule l’enquête le confirmera ou non », a déclaré une source judiciaire qui a requit l’anonymat.

 

Un empoisonnement ? Qui aurait donc intérêt à tuer cette famille qui, d’après les témoignages des riverains, était sans histoire ? L’enquête qui a été ouverte ce lundi matin, a conduit à l’interpellation du frère cadet du défunt. Selon notre source, c’est lui qui a donné l’alerte, après avoir trouvé les corps sans vie.

 

Vivant avec le couple et leurs enfants, ce dernier a quitté la maison très tôt ce lundi pour aller récupérer de l’argent dans ses différentes boutiques. Il affirme que les victimes étaient bel et bien en vie la veille, avant d’aller dormir. C’est au retour de sa sortie de ce matin, qu’il constatera que la porte de leur chambre était toujours fermée. Après avoir cogné longtemps sans réponse, il a dû casser la porte, avant de constater l’irréparable. Affaire à suivre!

 

 

Levi NGOMA

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR