Le contrôle des marchés de viande de brousse débute dans la province de l’Estuaire

LIBREVILLE (Equateur) – Le Ministère des Eaux et Forêts a lancé le jeudi 8 mai dernier, une mission de contrôle des marchés de viande de brousse à Libreville, Owendo, Akanda, et sur l’axe Libreville-Bifoun.

 

Menée par la Direction générale de la faune et des aires protégées (DGFAP), en collaboration avec l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), cette mission de contrôle vise un triple objectif : sensibiliser les commerçants de gibier sur la réglementation en matière de gestion de la faune sauvage au Gabon ; faire appliquer les lois sur les espèces protégées ; imposer des sanctions en cas de non-respect de la législation en la matière.

 

La démarche s’inscrit dans la volonté du ministre de veiller à l’application stricte de l’arrêté pris par le Gabon le 30 mars 2020, relatif à l’interdiction d’exploiter toutes les espèces de pangolin et de chauve-souris au vue des ravages causés par le Covid-19 dans le monde. Les services déconcentrés du Ministère des Eaux et Forêts feront également appliquer ces mesures au niveau de leurs circonscriptions respectives.

 

Pour le ministre de tutelle, Lee White, la population gabonaise doit tirer les leçons de la crise sanitaire actuelle, afin de mettre un terme au commerce illégale des espèces sauvages et limiter la transmission des maladies zoonoses : « De nombreuses études scientifiques révèlent l’origine du Covid-19 et indiquent que la chauve-souris héberge le coronavirus et le transmet à d’autres espèces tels que le pangolin. Par mesure de précaution, il nous faut mieux réguler les marchés des viandes de brousse dans notre pays afin de minimiser la survenance d’autres virus transmis de l’animal à l’homme » a t’il déclaré.

 

 

 

James RHANDAL (Source : Min Eaux et Forêts)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR