Gabon : Le ministre d’Etat Anicet Mboumbou Miyakou s’engage à régler les droits légaux des déflatés de l’AGP

LIBREVILLE (Equateur) – Le ministre d’Etat en charge de la Communication, Anicet Mboumbou Miyakou, a reçus, le mardi 23 juin dernier à Libreville, les représentants des déflatés de l’Agence gabonaise de presse (AGP), qui depuis décembre 2017, attendent toujours le paiement de leurs droits légaux et arriérés de salaires dus. Il s’agissait pour le membre du gouvernement de Julien Nkoghé Békalé, de rassurer les ex-employés de ce média public, quant au règlement dans les plus brefs délais, de leurs droits.

 

Licenciés depuis le 20 décembre 2017 pour des raisons économiques, les anciens employés de l’Agence gabonaise de presse (AGP), n’ont toujours pas été payés. Leur dossier qui se trouve sur la table du directeur général du budget et des finances publiques (DGBFIP) depuis juillet 2018, n’a pas encore été transmis au Trésor public pour règlement. Une situation incompréhensible qui les a amenés à envisager un sit-in au siège de l’AGP sis au quartier Angondjé dans la commune d’Akanda.

 

Informé de ce ras-le-bol qui aurait sans nul doute perturbé le fonctionnement de ce média public dirigé aujourd’hui par El Mut Moutsinga Boulingui, le ministre d’Etat à la Communication, Anicet Mboumbou Miyakou, a convoqué les représentants des déflatés de l’AGP pour s’imprégner des contours de leur revendication. Très surpris de la lenteur avec laquelle ce dossier est traité, le membre du gouvernement s’est engagé à le piloter personnellement jusqu’au paiement des droits de ces pères et mères de familles, qui vivent dans une extrême précarité.

 

« Je voudrais vous rassurer que, lors de l’élaboration de la loi des finances rectificative, qui est actuellement devant le Parlement, le Premier ministre, Chef du gouvernement, avait insisté auprès du ministre de l’Economie et des Finances, pour que toutes les situations d’ordre social, soient réglées »,  a déclaré Anicet Mboumbou Miyakou pour rassurer les ex-agents de l’AGP quant au paiement prochain de leurs droits.

 

Exhortant les déflatés à mettre en veilleuse leur intention d’engager un sit-in au siège de l’AGP, le ministre d’Etat à la Communication a demandé à ces derniers de lui faire confiance. D’ailleurs, a-t-il confié, dès la semaine prochaine, il aura une séance de travail avec le DGBFIP, qui d’après certaines indiscrétions, va transmettre le dossier des droits des déflatés au Trésor public pour paiement.

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR