Gabon/Assemblée nationale : Clôture de la première session ordinaire 2020 sur fond de satisfaction

LIBREVILLE (Equateur) – L’Assemblée nationale gabonaise a clos ce mardi 30 juin à Libreville, sa première session ordinaire 2020. La cérémonie de clôture qui s’est déroulée en présence du Premier ministre Julien Nkoghé Békalé, des présidents des Institutions Constitutionnelles et du doyen du Corps diplomatique, a permis au président du Palais Léon Mba, Faustin Boukoubi, d’exposer le bilan de cette première session marquée notamment par l’adoption de 26 textes sur les 32 déposés au Bureau de l’Assemblée, soit un taux d’adoption de 81,25%.

 

La clôture de la première session ordinaire 2020 de l’Assemblée nationale gabonaise s’est déroulée ce mardi 30 juin à Libreville, en présence du Premier ministre Julien Nkoghé Békalé, des présidents des Institutions Constitutionnelles et du doyen du Corps diplomatique accrédité au Gabon. Une occasion pour le président de la chambre base du Parlement, Faustin Boukoubi, de féliciter les parlementaires du Palais Léon Mba pour leur implication durant cette première session ordinaire, « qui nous a permis d’adopter 26 textes sur les 32 déposés sur notre Bureau. Soit un taux d’adoption de 81,25% », a-t-il déclaré, avant de préciser que seuls 05 textes demeurent en cours d’examen et 01 seul reste en attente d’examen. « Le travail ainsi abattu constitue, il faut en convenir, un réel motif de satisfaction », a-t-il ajouté.

 

S’adressant à ses collègues députés, l’honorable Faustin Boukoubi a rappelé à ces derniers l’importance de la responsabilité collective des députés face aux attentes des populations. «  La reconnaissance que nous attendons du travail que nous accomplissons quotidiennement est tributaire de notre responsabilité collective. Elle dépend pour une part importante de notre cohésion, de la qualité de nos débats, ainsi que de notre devoir d’exemplarité dans la conduite en tous lieux et en toutes circonstances. Nous le devons aux populations gabonaises qui nous ont fait confiance en nous chargeant, en leur nom, de voter les lois et d’en contrôler l’exécution », a souligné le président de l’Assemblée nationale.

 

Si le député de Pana dans la province de l’Ogooué Lolo est fier du travail abattu par les honorables parlementaires durant cette première session ordinaire 2020, il déplore néanmoins le dépôt tardif des projets de loi par le gouvernement, et qui laisse peu de place à leur discussion. « Cette pratique doit rester exceptionnelle, sous peine d’affecter la délibération parlementaire qui se trouve ainsi privée de sa principale substance nourricière, à savoir : le débat démocratique auquel nous devons accorder le temps nécessaire », a-t-il dit.

 

Evoquant la situation de la pandémie du Coronavirus qui sévit dans le monde entier, le président de l’Assemblée nationale s’est réjoui du Gabon, qui malgré les effets néfastes de la Covid-19 dans d’autres pays, s’en sort mieux grâce à la diversification de l’économie instiguée par le président de la République, Ali Bongo Ondimba. « C’est pourquoi la Représentation nationale garde un regard optimiste sur l’avenir de l’Economie gabonaise qui est un combat dans lequel nous devons être solidairement engagés. Du reste, pour n’avoir pas relevé de pénuries notoires des produits essentiels, l’on est en droit de se féliciter des efforts consentis par le gouvernement pour en favoriser la disponibilité », a-t-il souligné.

 

Par ailleurs, Faustin Boukoubi a profité de la circonstance, pour féliciter et encourager les personnels de santé, dont le rôle dans la riposte contre la pandémie aura été déterminant pour amortir le choc, certains au prix de leur propre santé, voire de leur vie. Il a émis le souhait de voir le Gabon venir à bout de cette pandémie « afin que la nation leur rende un hommage solennel, après celui exprimé récemment par le président de la République, en honorant l’un des leurs », a-t-il laissé entendre.

 

Avant de clore son propos, le premier responsable du Palais Léon Mba est revenu sur la taxation des retraits d’espèces, qui a fait les choux gras de la presse nationale, il y a quelques semaines. D’après l’honorable Boukoubi, grâce à la compréhension du Chef de l’Etat, l’amendement d’une disposition de la loi des finances rectificative 2020 proposé par les députés, a été accordé.

 

« Ce qui a pour effet d’éviter d’alourdir les charges des usagers des services bancaires, notamment les salariés qui ne disposent ni de banque ni de distributeur électronique dans leur localité de résidence. Il en est de même de ceux qui effectuent des transferts, notamment pour la prise en charge des frais de scolarité de leurs enfants », a-t-il expliqué.

 

Ainsi donc, le relèvement du plancher taxable passé de 1 à 5 Millions, a soulagé tous les concitoyens qui ne tenaient pas à perdre 2% du montant de leur transaction, a-t-il soutenu.

 

 

Levi NGOMA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR