Gabon : Les travailleurs affiliés à la Cosyga bravent l’autorité de leur secrétaire général, Philippe Djoula

LIBREVILLE (Equateur) – Les travailleurs affiliés à la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga), se sont réunis le samedi 25 juillet dernier à Libreville, pour dénoncer le manque de formation en éducation ouvrière, depuis l’élection contestée de Philippe Djoula au poste de secrétaire général. Pour affirmer leur ras-le-bol face aux agissements peu orthodoxes de ce dernier, ils ont cassé les cadenas de la porte donnant accès à la salle de formation, fermée par le filleul de Martin Alini, au détriment apprend-on, d’une confession religieuse qui organise des cultes chaque dimanche.

 

 

Plus d’un an après l’élection contestée de Philippe Djoula à la tête de la Confédération syndicale gabonaise (Cosyga), les travailleurs affiliés à cette centrale syndicale, n’ont reçu aucune formation en éducation ouvrière, alors que l’Etat gabonais octroie chaque année une subvention à cet effet. Mieux, la salle dédiée à la formation a été scellée par leur secrétaire général, Philippe Djoula, qui la met à la disposition d’une confession religieuse chaque dimanche pour des cultes, moyennant une somme d’argent dont les travailleurs disent ignorer la destination.

 

 

Et pour exprimer leur mécontentement face à cette situation qui semble ne pas déranger le filleul de Martin Alini, les travailleurs qui se sont réunis le samedi 25 juillet dernier au siège de ladite Confédération au quartier Batavéa dans le 3ème arrondissement de Libreville, ont cassé les cadenas qui empêchaient l’accès à salle.de formation. « Nous sommes un peu gênés de savoir que l’Etat subventionne les formations des travailleurs, et que la salle demeure close depuis janvier 2019. Aussi, nous sommes arrivés ce matin pour ouvrir de façon symbolique cette salle et relancer les programmes de formations ouvrières », a déclaré Mathieu Mabidi du Syndicat national des agents des hôtels et palace.

 

 

Un avis partagé par d’autres syndicats présents, notamment le Syndicat national des travailleurs du Conseil gabonais des chargeurs (Synatra-CGC) et le Syndicat autonome des ouvriers du transport et des activités connexes du Gabon (Saotcg). « Nous réclamons uniquement la formation, parce que c’est grâce à elle que les travailleurs peuvent se défendre face à leurs employeurs », ont-ils confié.

 

 

Pour les responsables syndicaux de la Cosyga, Jocelyn Louis Ngoma et Wenceslas Mba Nguéma qui ont assisté à cette action menée par les travailleurs, ont exprimé leur solidarité face à la revendication de ces derniers. « Nous tenons à rappeler qu’une organisation syndicale fonctionne avec des mandataires sociaux choisis par les travailleurs pour agir en leur nom et en leur qualité. Donc, lorsque les travailleurs décident d’envahir la Cosyga, c’est tout à fait leur droit. Nous ne sommes pas propriétaires en tant que premiers responsables. Nous avons été simplement mandatés pour représenter les intérêts des travailleurs. C’est donc tout à fait légitime ce qui se produit aujourd’hui », ont-ils confié à la presse.

 

 

Pour rappel, depuis janvier 2019, la Cosyga est confrontée à un bicéphalisme dû à l’élection contestée de Philippe Djoula au poste de secrétaire général. Wenceslas Mba Nguéma et certains travailleurs qui continuent de rejeter l’autorité du filleul de Martin Alini (premier secrétaire général de la Cosyga), ont décidé avec Jocelyn Louis Ngoma (SGA de Philippe Djoula) de tout mettre en œuvre pour mettre fin au bicéphalisme et ramener l’accalmie au sein de la plus vielle centrale syndicale du Gabon.

 

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR