Journée internationale d’Alphabétisation : « Nous avons conscience que l’alphabétisation est un outil d’autonomisation », Camélia Ntoutoume Leclercq

LIBREVILLE (Equateur) – Le Gabon, à l’instar de la communauté internationale, a commémoré ce mardi 8 septembre, la journée internationale d’alphabétisation sous le thème : « Enseignement et apprentissage de l’alphabétisation en période de crise dûe au Covid-19 et au-delà ». Une occasion pour le ministre délégué à l’Education nationale, Camélia Ntoutoume Leclercq, de réaffirmer la volonté du gouvernement à améliorer les conditions de vie des illettrés du Gabon, par la mise en œuvre d’une politique d’alphabétisation.

 

 

Le Gabon, à l’instar de la communauté internationale, a célébré ce 8 septembre à Libreville, la journée internationale d’alphabétisation sous le thème : « Enseignement et apprentissage de l’alphabétisation en période de crise dûe au Covid-19 et au-delà ». A l’occasion de cette commémoration, le ministre délégué à l’Education nationale, Camélia Ntoutoume Leclercq, s’est rendue au Centre d’Alphabétisation du quartier Derrière la prison, dans le 1er arrondissement de la commune de Libreville.

 

Après une visite guidée, Camélia Ntoutoume Leclercq …

 

Après une visite guidée du Centre par la directrice générale de l’éducation civique et de l’alphabétisation, le membre du gouvernement dans son discours de circonstance, a réaffirmé la volonté du gouvernement à améliorer les conditions de vie des populations, par une politique d’alphabétisation à la fois pour les adultes et pour les jeunes.

 

 

« (…) L’alphabétisation est un outil de développement pour nos populations. Il faut donc insérer les nouveaux programmes d’alphabétisation, dont les nouvelles technologies de l’information et de la communication, afin de permettre aux apprenants d’avoir une formation de qualité. Nous savons qu’il y a des difficultés, mais elles peuvent être réglées », a soutenu le ministre délégué à l’Education nationale.

 

 

Appréciant le travail remarquable accompli par les enseignants des Centres d’alphabétisation, le ministre Camélia Ntoutoume Leclercq, les a encouragé en cette période de la Covid-19, à respecter les mesures barrières. « (…) que les formateurs prennent conscience de cette période de crise sanitaire, en respectant les gestes barrières et en respectant tout le protocole sanitaire pour les apprenants ».

 

… a été édifiée sur le fonctionnement des centres d’alphabétisation et leurs difficultés.

 

Peu avant le discours du membre du gouvernement, la directrice générale de l’éducation civique et de l’alphabétisation, a présenté succinctement les difficultés auxquelles les centres du pays sont confrontés.

 

 

« Au niveau structurel, nous rencontrons comme tout le monde, des difficultés. La première difficulté que nous avons, c’est la vétusté des bâtiments, problèmes d’adduction d’eau, la capacité d’accueil, la gestion des casses d’écoute qui sont occupées de manière anarchique par des compatriotes (…). Au niveau fonctionnel, nous avons des difficultés diverses : l’adaptation des programmes aux besoins des apprenants, l’absence de matériel approprié à l’alphabétisation, l’absence d’un cadre juridique réglementaire, l’insuffisance en nombre et en qualité du personnel, l’insuffisance du budget alloué aux activités d’alphabétisation sur toute l’étendue du territoire », a-t-elle énoncé.

 

 

Par ailleurs, elle a expliqué au membre du gouvernement, que sur les 11 structures répertoriées et logées pour la plupart dans les cases d’écoutes, « Seul le centre d’alphabétisation de Derrière la Prison répond sensiblement aux normes ».

 

 

James RHANDAL

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR