Gabon : Le Sénat sollicite du gouvernement le maintien des mesures d’accompagnement contre la Covid-19

LIBREVILLE (Equateur) – La présidente du Sénat, Lucie Milebou Aubusson Mboussou, a procédé ce mardi 1er septembre, à l’ouverture des travaux de la 2ème session ordinaire de son Institution. Une occasion pour la présidente de la Chambre haute du Parlement gabonais, de solliciter du gouvernement de Rose Christiane Ossouka Raponda, le maintien des mesures d’accompagnement contre la Covid-19.

 

Les sénateurs gabonais ont effectué ce mardi 1er septembre leur rentrée parlementaire. La présidente de la Chambre haute du Parlement, Lucie Milebou-Aubusson Mboussou, a procédé à l’ouverture solennelle des travaux de la 2ème session ordinaire, en présence du nouveau Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda et du président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi.

 

 

Après avoir longuement félicité Rose Christiane Ossouka Raponda, première femme gabonaise nommée au prestigieux poste de Premier ministre, Chef du gouvernement, la présidente du Sénat s’est appesantie sur l’économie du pays, touchée de plein fouet par la pandémie du Coronavirus (Covid-19). Une situation qui embarrasse de nombreux gabonais, qui souhaitent le maintien par le gouvernement, des mesures d’accompagnement en attendant une reprise normale des activités dans tout le pays.

 

 

« Madame le Premier ministre, Vous arrivez à la tête du gouvernement, en pleine pandémie de la Covid-19 ; cette crise sanitaire mondiale, qui aggrave les problèmes socio-économiques, creuse des inégalités, et entraîne la détresse chez un bon nombre de compatriotes. Beaucoup de nos concitoyens aujourd’hui, espèrent, un maintien des mesures d’accompagnement, que le gouvernement, a bien voulu prendre, pour soulager, un tant soit peu, leurs difficultés quotidiennes, tant que les restrictions de déplacement et de reprise de toutes les activités pourvoyeuses de revenus, ne seront pas levées », a déclaré Lucie Milebou-Aubusson Mboussou.

 

 

Concernant cette crise sanitaire mondiale, la présidente du Sénat s’est réjouie du respect des mesures barrières par les populations, qui l’ont bien intégré dans leur quotidien. Des efforts qui ont permis au Gabon d’avoir des résultats encourageant contrairement à certains pays.

 

 

« (…) le Gabon à l’instar de toutes les nations, après quelques hésitations de départ, ne devrait pas se flageller, de complexe, devant les résultats de sa lutte contre cette pandémie. La majorité de nos populations s’est appropriée, la pratique des mesures barrières, en dépit de quelques comportements d’incivisme, constatés çà et là. Les tests de dépistage réalisés désormais à grande échelle, ont donné une cartographie rassurante ; et la nouvelle gestion des cas positifs, a permis, une nette diminution des décès et des admissions en réanimation », a-t-elle soutenu.

 

 

Toutefois, la présidente de la Chambre haute du Parlement gabonais, invite les gabonais à faire preuve de prudence, de courage et à une intelligence solidaire, pour continuer à lutter contre la propagation du virus dans le pays.

 

 

Revenant sur l’adresse à la Nation du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, du 16 août dernier, concernant la « Transgabonaise » qui est porteuse d’espoir, Lucie Milebou Aubusson Mboussou, a rappelé au Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, que cet ouvrage est attendu avec beaucoup d’impatience par les gabonais. Aussi, poursuit-elle, « les élus que nous sommes, nous pouvons, vous assurer que nos regards seront fixés sur le gouvernement, pour voir, enfin ce projet aboutir, d’autant plus que Monsieur le président de la République lui-même, a prévu sa réception courant 2023 ».

 

 

La présidente du Sénat a également marqué sa préoccupation sur la situation de l’enseignement qui reste préoccupante, « et mérite une attention particulière et soutenue, en concertation avec les partenaires sociaux, en vue de trouver des solutions adaptées pour améliorer et garantir la qualité, des acquisitions de nos apprenants, du pré-primaire à l’université », a-t-elle martelé.

 

 

Pour Lucie Milebou Aubusson Mboussou, cette réflexion devrait marquer le pas sur les différents fossés numériques tels que, générationnels, sociaux, culturels et géographiques. « Trop de disparités persistent et accentuent les inégalités en matière de formation. Une politique du numérique vigoureuse est indispensable, pour combler ces différents fossés. L’école pourrait en être le fer de lance. L’acquisition par le Gabon de la fibre optique, constitue un bon départ. Il faudrait lui adjoindre une politique tarifaire sociale de l’internet et d’acquisition d’équipements adaptés », a-t-elle rappelé.

 

 

Avant de clore son propos, la présidente du Sénat a invité les gabonais à l’unité. « (…) Mais au-delà de soi, il y a le NOUS collectif de la Nation entière, qui appelle à faire disparaître nos murs d’isolement, lorsque le pays a besoin de tous ses enfants pour surmonter des épreuves, qui exigent l’apport de chacun. Nous vivons dans le monde, comme j’aime à le souligner, nous subissons donc les mêmes difficultés, les mêmes exigences de développement, nous entendons les mêmes gémissements des populations qui peinent. Sans vouloir passer pour une moralisatrice, j’estime pour ma part, qu’il n’est pas judicieux pour le moment de souffler sur des braises ardentes d’intolérance. C’est finalement, unis dans la concorde que nous surmonterons nos épreuves », a-t-elle conclu.

 

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR