Gabon : Le Syna-Cnss condamne l’agression de deux agents de la Cnss par la Police judiciaire

LIBREVILLE (Equateur) – Dans un communiqué daté de ce dimanche 13 septembre, le président du Syndicat national des agents de la Caisse nationale de sécurité sociale (Syna-Cnss), Jocelyn Louis Ngoma, condamne l’agression de deux agents de la Cnss par des éléments de la Police judiciaire (PJ). La directrice adjointe de l’immatriculation et du recouvrement, Josiane Yabina Lekoulessiele, serait derrière cette agression.  

 

 

Deux techniciens de la division des services généraux de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), ont été sauvagement violentés dans les locaux de la Police judiciaire de Libreville. C’est du moins ce qu’affirme ce dimanche 13 septembre à travers un communiqué, le président du Syndicat national des agents de la Caisse nationale de sécurité sociale  (Syna-Cnss), Jocelyn Louis Ngoma.

 

 

D’après le syndicaliste, il semblerait que la directrice adjointe de l’immatriculation et du recouvrement, Josiane Yabina Lekoulessiele, soit l’instigatrice de cette agression. En effet, les deux techniciens de la Cnss, aurait été accusés de vol par cette dernière, qui aurait saisi la police judiciaire. Une fois dans les locaux de la PJ, les présumés voleurs auraient subi des sévices corporels, afin de les obliger à reconnaître les faits qui leur sont reprochés, alors qu’ils affirmaient être innocents.

 

 

« Nous venons d’apprendre que, deux techniciens de la division des services généraux, ont été sauvagement violentés dans les locaux de la police, après avoir semble-t-il, été interpellés à la demande de dame Yabina Lekoulessiele Josiane, directrice adjointe de l’immatriculation et du recouvrement », déclare Jocelyn Louis Ngoma.

 

 

Par ailleurs, le président du Syna-Cnss dénonce avec la dernière énergie une telle attitude de Josiane Yabina Lekoulessiele et de la PJ, qui est « en violation grave des dispositions du Code du travail, de la Convention collective et du règlement intérieur de la Cnss », affirme-t-il.

 

 

Aussi, au regard des actes de violence subis par les deux agents interpellés et sachant que leur culpabilité n’a pas été établie dans cette affaire du présumé vol, « Le Syna-Cnss se réserve le droit de recourir au dispositif législatif et réglementaire en vigueur au Gabon en la matière », martèle le président de cette organisation syndicale.

 

 

James RHANDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre Newsletter

équateur

GRATUIT
VOIR